Suivez-nous:                        
Open/Close Menu DU 23 AU 25 SEPTEMBRE 2016 AU CHÂTEAU DE FLAUGERGUES À MONTPELLIER




Vous êtes intéressés par les formes d’éducations alternatives mais vous vous perdez parmi les différents courants ? Voici un petit guide pour y voir plus clair !

  •    Pédagogie Montessori
    Fondatrice : Maria Montessori (1870 – 1952 )

Cette pédagogie se fonde sur l’éveil sensoriel de l’enfant et le développement de son esprit d’autonomie, favorisé à l’école par une atmosphère concentrée, sous les yeux d’un enseignant bienveillant. Travail individualisé, matériel auto-didactique, règles de vie reponsabilisantes… Une pédagogie qui a fait ses preuves partout dans le monde en s’adaptant à des contextes culturels et sociaux diversifiés. Une vision de l’enfant comme une personne digne d’intêret et constituant l’avenir d’une société de paix.

  •    Pédagogie Steiner
    Fondateur : Rudolf Steiner (1861 – 1925 )

A l’image de nombreuses pédagogies alternatives, les écoles Steiner-Waldorf privilégient l’atmosphère familiale, les programmes centrés sur l’enfant ou encore la participation active et commune des parents et enseignants dans l’épanouissement de l’enfant. Sa particularité est la conception spirituelle de l’être humain qui est à la base de toutes les activités éducatives de ce courant dont l’objectif principal est l’intégration harmonieuse de l’entité spirituelle avec le physico-corporel de l’être humain. De plus, dans cette éducation, la place de l’art est centrale.

  •    Pédagogie Freinet
    Fondateur : Célestin Freinet (1896 – 1966 )

Fondée sur la liberté d’expression des enfants, sa particularité est de stimuler le travail coopératif. A la différence d’autres pédagogies alternatives, la relation maître-élève est presque paritaire, ce qui modifie le rapport au pouvoir. De ce fait, Freinet apporte à l’éducation une vision militante, oeuvrant pour l’émancipation de l’individu et du monde. C’est pourquoi le développement de l’esprit critique des enfants est au centre de la philosophie éducative, que l’on cherchera à stimuler par des techniques comme le journal étudiant ou encore la correspondance inter-scolaire, par exemple.

  •    Éducation intégrale et Libre progrès
    Fondateurs : Sri Aurobindo (1872 – 1950) et Mirra Alfassa (1878 – 1973)

Le but de cette forme d’éducation concerne l’aspiration la plus élevée de l’homme : développer son être spirituel. Dans les écoles issues de cette vision ( présentes principalement en Inde et aux Etats-Unis ) il s’agit d’amener l’enfant vers sa réalisation intérieure, à son rythme et selon ses dispositions naturelles. Ici, les élèves doivent acquérir un certain nombre de connaissances académiques, mais choisissent librement leur plan d’études. L’école ne prépare pas aux examens ni aux diplômes.

  •    Éducation lente / Slow Education

La philosophie de cette forme d’éducation est basée sur le plaisir d’apprendre. Elle est reliée à une démarche écologique, d’éducation au développement durable et pacifiste. Quelques uns de ses principes fondamentaux sont : perdre du temps pour en gagner, l’erreur est créative ou encore mettre en place des potagers pédagogiques pour ralentir avec la nature…et surtout ne pas trop se prendre au sérieux !

  •    Modèle Scandinave

A partir des années 1970, les trois pays, Finlande, Norvège et Suède, ont fait le choix d’un nouveau système éducatif : un modèle intégré ( un parcours ininterrompu de 7 à 16 ans ) basé sur des valeurs de liberté. Même si ce modèle n’est pas reconnu comme un courant pédagogique alternatif, c’est une vraie référence en éducation aujourd’hui. Relation durable avec l’enseignant, pratique de l’auto-évaluation, haute qualité de l’enseignement ( grâce à des formations continues et des salaires supérieurs à la moyenne européenne ) ou encore participation active des parents à la vie scolaire, autant de forces qui font ce système envié partout dans le monde !

  •    École à la maison

Très répandu aux Etats-Unis, le courant de l’école à la maison suscite aussi beaucoup d’intérêt en France. Ce phénomène est grandissant, notamment à cause de l’incapacité de l’école publique à se concentrer sur les besoins et les rythmes des enfants. En France, cela est possible car l’école n’est pas obligatoire, c’est l’instruction qui l’est. Le code de l’éducation prévoit cette liberté, à condition de faire une déclaration annuelle à l’inspection académique qui prévoit des contrôles pédagogiques.

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Nom (obligatoire)

Prénom (obligatoire)

Email (obligatoire)

Code postal (obligatoire)

Write a comment:

You must be logged in to post a comment.