Suivez-nous:                        
Open/Close Menu DU 21 AU 23 SEPTEMBRE 2018 AU CHÂTEAU DE FLAUGERGUES À MONTPELLIER




C’est une grande première en France ! Dès la rentrée 2017, nos petits écoliers, de la maternelle à la 5ème, vont bénéficier au même titre que leurs cours de maths ou de français, de cours d’attention ! Le programme s’appelle ATOL pour « Attentif à l’école » et a été mis en place par Jean-Philippe Lachaux, chercheur en neurosciences cognitives, spécialisé dans l’attention. Le but de ce programme : Offrir aux enfants les moyens de ressentir le plaisir d’être vraiment connectés à ce qu’ils font.

Pour cela, les enfants seront tout d’abord amenés à comprendre comment leur attention fonctionne de l’intérieur, explique le scientifique. C’est un phénomène biologique soumis à des lois. On leur apprend à reconnaître ce qui les distrait et à réagir pour se concentrer à nouveau.

C’est quoi l’attention ?

Le but de l’attention, c’est de faire la sélection entre tout ce qui nous arrive, de nos pensées à la jungle de choses qui nous entoure, précise-t-il. Nous en prenons une partie pour la traiter en profondeur. Le cerveau filtre ce qui lui semble important. L’attention est une mesure de la valeur que l’on accorde aux choses, aux autres.


Or plus il y a de choses, plus il est difficile de rester attentif !
Dans la société de surconsommation dans laquelle nous évoluons, il peut donc être compliqué de garder son attention. Elle est sans arrêt distraite et tiraillée entre plusieurs objets.

Le défi des enseignants

Depuis longtemps, les enseignants ont repéré cette baisse d’attention chez de nombreux élèves. Ils sont nombreux à faire remonter cette information aux inspections académiques. Maintenir la concentration d’une trentaine d’enfants durant toute une journée, est devenu un véritable défi pour eux !


Ceci est d’ailleurs prouvé scientifiquement : les troubles de déficit de l’attention sont en augmentation dans les pays développés depuis une dizaine d’années. Ils ont notamment fait un bond impressionnant de 43%  chez les enfants et adolescents aux Etats-Unis entre 2003 et 2011.

L’expérience de Jean-Philippe Lachaux

Face à ce problème grandissant, le scientifique va demander aux différentes académies la permission d’effectuer des test de l’attention auprès des élèves, directement dans les classes. C’est ainsi qu’en 2011, et pendant plus de six ans, le chercheur va s’immerger dans des classes de tous âges. Il va faire le constat qu’il y a un réel besoin de mobilisation de l’attention.


C’est ainsi que le programme Atol voit le jour, résultat de six ans d’aller-retour avec les enseignants, les élèves et les inspecteurs pédagogiques. Le programme compte déjà plus de 1200 participants, dans une quarantaine de classes. Et c’est une grande première ! En effet, il n’existe pas d’étude scientifique qui ait mesuré l’attention des Français.

Le programme ATOL

Cette étude, qui sera publiée sous peu, permet donc d’estimer le niveau d’attention des élèves et de créer des moyennes et des niveaux pour les évaluer ce phénomène. A la suite de cette expérience, de nombreux exercices et outils ont ainsi été mis en place, pour pouvoir être appliqués directement dans les classes.


Parmi eux on retrouve par exemple les personnages de « Maxi moi » et « Mini moi”, qui aident les élèves à traduire une consigne en tâche, ou encore “le jeu des trois A”, qu’utilise une enseignante participant à ce programme qui témoigne : “ J’ai fait d’Atol une aide quotidienne, notamment avec le jeu des trois A : Un rouge, un orange, un vert. Quand je veux vraiment leur attention, je leur montre l’une des trois lettres et ils choisissent le degré d’attention dont ils vont avoir besoin pour accomplir l’exercice que je leur donne. »

Avec sa classe de CE2, elle fait repérer les signes de la perte d’attention. « J’ai joué la personne inattentive. Les enfants me racontaient une histoire et je regardais ailleurs. Ils m’ont tout de suite dit  » là, tu n’es plus attentive ». Aujourd’hui, ils le repèrent chez eux directement ou chez leurs copains.

Selon elles et les parents des élèves, les résultats sont impressionnants. Et vous aurez surement bientôt l’occasion de voir cela sur vos enfants !

Disponible partout en France

À la rentrée, ce programme sera disponible sur l’ensemble du territoire national, en fonction de l’intérêt des enseignants et des académies. Les enseignants volontaires pourront se procurer des fiches rédigées par le chercheur, ou participer à des modules de formations numériques, comme en automne dans l’Académie du Rhône.


De plus, Jean-Philippe Lachaux songe également à créer un site web à destination du grand public pour donner un plus large accès au programme.

« Il faut concevoir Atol comme un nouvel outil dans la palette pédagogique du professeur, précise le chercheur. Pour que chacun ressente à quel point c’est agréable de n’avoir qu’une chose à faire, sans se poser de question. »

Une super nouvelle non ?!

Source : http://www.huffingtonpost.fr

 

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Nom (obligatoire)

Prénom (obligatoire)

Email (obligatoire)

Code postal (obligatoire)

Write a comment:

You must be logged in to post a comment.