Suivez-nous:                        
Open/Close Menu DU 21 AU 23 SEPTEMBRE 2018 AU CHÂTEAU DE FLAUGERGUES À MONTPELLIER

Mon nom est Valérie Benard, Emotilogue de métier : je suis la diseuse d’émotions, la tisseuse de liens, la réparatrice de la communication familiale, la gardienne de paroles d’enfants, l’éclaireuse d’avenirs, la révélatrice de trésors secrets.

 

De la médiatrice à l’EMOTILOGUE, une nouvelle dénomination de mon métier aujourd’hui assumée ? Pourquoi ?

 Mes compétences de médiatrice familiale et ma formation de conseillère conjugale et familiale, se sont rapidement enrichies de ma capacité naturelle à faciliter l’expression des émotions. J’ai toujours cru dans le pouvoir des émotions.

* Petite déjà, je saisissais intuitivement l’enjeu des conflits de ma famille. Et je tentais alors de remettre du lien là où cela grippait.

* Mes études en sciences psychologiques de l’éducation et mon intérêt croissant pour les découvertes en neurosciences m’ont validé dans mes choix pour faire évoluer ma pratique.

 

Pourquoi mes spécificités et comment  aujourd’hui ma pratique a-t-elle évoluée en direction des enfants?

Ces trois dernières années, au fil de ma pratique auprès des enfants en situation de violence familiale, j’ai réalisé que les enfants avaient une capacité de résilience bien au-dessus de la moyenne. Ils comprennent instinctivement l’écoute et l’attention qu’on leur porte, et se laissent alors accompagner avec une grande ouverture, saisissant parfois instantanément l’enjeu et la portée de la thérapie.

Aujourd’hui,  le monde autour de lui, la société dans laquelle il est projeté vont souvent trop vite, le temps semble s’accélérer ;  sans le vouloir les parents eux-mêmes un peu déboussolés par ce rythme effréné, ne peuvent pas toujours prendre du recul face à l’attitude sensible de leur enfant. Il ne s’en trouve plus toujours respecté dans son propre rythme. Il vit dans son monde, il est donc nécessaire de lui accorder davantage de considération dans son besoin de lenteur pour son développement.

 

C’est pourquoi j’ai orienté spécifiquement ma compréhension empathique et mon travail thérapeutique vers eux. Dans cette optique j’ai notamment créé des ateliers spécifiques en fonction de la difficulté de l’enfant :

« A ma place ». / atelier autour du conflit de place au sein de la fratrie ; « Dis-moi qui tu es, je te dirais qui je suis ». / atelier autour de  l’égalité du genre ; « Mots de moi, j’invente mon histoire »/ atelier autour de l’hypersensibilité ».

Mon travail dirigé vers lui en général et l’objet de ces ateliers en particulier l’aident a recontacter son monde intérieur,  a puiser dans ses propres ressources,  a inventer ses propres repères ; recréer par lui-même un cocon bien à lui.

Tout est fondamental et requiert précaution dans une bienveillance parfaitement ajustée pour l’accompagner à se construire, parfois à se reconstruire.

 

Pour simplifier je résumerais ainsi ma démarche : l’émotion est une énergie, elle circule dans tout notre corps. Elle est également pensée puisqu’elle s’origine dans notre cerveau. Mais elle est reliée à bien d’autres facteurs de la vie affective et biologique de la personne et l’impacte en permanence. Ce qui veut dire que nous avons à gérer une somme incalculable d’émotions au fil même d’un seul instant.

Dans mon approche, je cherche à proposer une méthode volontairement « simplificatrice » » pour comprendre ses émotions : à partir de l’observation du ressenti de la personne à un instant T, je l’accompagne à désamorcer le processus de confusion qui créé le mal-être, à identifier l’émotion  et à trouver l’émotion ressource qui va venir apaiser le trouble. J’utilise des accessoires /Jeux qui facilitent l’échange, la verbalisation et permettent la dédramatisation et surtout la mentalisation douloureuse du processus de confusion émotionnelle.

Valérie Benard

www.vbenard-mediatrice.com

Page facebook

06.14.74.75.54

One Trackback

  1. […] Se connaître commence donc par prendre conscience des émotions qui nous traversent et il est parfois nécessaire d’être accompagné. […]

Write a comment: