Suivez-nous:                        
Open/Close Menu DU 21 AU 23 SEPTEMBRE 2018 AU CHÂTEAU DE FLAUGERGUES À MONTPELLIER



Merci à Evelyne Mester, notre partenaire photo sur le festival, pour ces jolies lignes…

Au Festival pour l’école de la vie 2017, j’ai respiré « la vie » : humé le parfum des frites bio, perçu le frisson des bambous, écouté les notes étranges d’instruments inconnus, siroté passionnément la douceur des parents envers leurs enfants… Un havre d’humains partageant les mêmes valeurs.

Un nid d’utopistes ? Non, il n’y a rien d’imaginaire ici. La grande partie de ces gens œuvre concrètement au quotidien chacun à son échelle et dans son environnement propre, pour révéler chaque jour les étoiles dans les yeux des enfants, la confiance en leurs cœurs, et l’envie d’aller vers qui ils sont pour construire le monde. Et ça, c’est réel et palpable.

Au Festival, on passe et repasse au milieu de groupes bizarres : ici quelqu’un sourit sans bouger les yeux fermés pendant dix minutes, plus loin un homme se secoue joyeusement au rythme des tambours déchaînés en produisant des sons rauques, là quelqu’un prend des positions folles de yoga son bébé posé sur son ventre, et je vois ce petit garçon se délecter de friandises d’insectes croustillants achetées avec son argent de poche…

On passe… on observe, on prend la mesure de l’instant. On s’imprègne de la curiosité de partager quelques minutes l’univers de celui qui s’y plaît. De lui demander comment il fonctionne. Ou alors on s’éloigne doucement. Car le respect inonde ces lieux, tout comme le soleil nous baigne par ce beau week-end de septembre.

La vie est là, donc. Et « l’école » n’est pas bien loin : assises sur le sol poussiéreux, des foules écoutent, cahier et stylo en main. Bien vite on s’aperçoit que ces « écoliers » sont libres. Certains mangent, d’autres sont allongés et semblent dormir. D’autres encore ne lèveront pas une fois les yeux en direction de leur « enseignant », et j’en vois qui font des dessins dans la marge. Certains quittent même l’endroit avant la fin pour rejoindre une autre conférence.

La liberté d’apprentissage est là. Nous choisissons nos conf’ sur une liste et en notons les horaires. Nous nous pressons pour entendre parler du sujet qui nous intéresse : en voir le plus possible, se nourrir des expériences et connaissances de son prochain et partager les siennes.
C’est cela l’école de la vie.

Jeanne Siaud-Facchin nous rappelle à quel point les petites fiertés de l’enfant sont importantes, et pas seulement celles qui «ramènent une coupe ». David Laroche nous encourage à accepter d’être dans l’inconfort, à célébrer l’échec et vivre la vie qui nous inspire même dans un « système » qui ne nous convient pas. Isabelle Filliozat nous conseille de chercher à guérir notre histoire ravivée par les conflits avec nos enfants, et de ne pas nous imposer d’être une bonne mère afin de rester centrée sur notre enfant et non sur nous-même. Isabelle Servant attire notre attention sur les nombreuses formes d’intelligences présentes en chacun qui sont toutes valorisables, sur la responsabilité qui nous incombe d’être en cohérence entre ce que l’on veut et ce que l’on fait dans sa vie. Pour Martin Toulotte notre corps nous donne un accès direct aux mémoires familiales et peut nous aider à (re)trouver la paix, pas toujours au travers de la guérison du symptôme mais malgré le symptôme dont nous pouvons trouver l’explication. Jean-Pierre Lepri insiste sur la posture de l’enseignant qui ne devrait pas être celle du chef, nous
partage qu’éduquer n’est pas indispensable car apprendre est inné et directement lié au milieu qui nous entoure. André Stern nous rappelle que le jeu est le moyen d’apprentissage primordial et se doit d’être respecté comme tel par les adultes, tout en insistant sur la position « égalitaire » à avoir face à un enfant.

Et tellement d’autres choses… On prend des notes, encore et encore, pour rapporter chez soi ses découvertes, ses coups de cœur et ses citations préférées. Et propager tout doucement, chacun dans son coin, les authentiques liberté, égalité, et fraternité.

Merci Julien Peron et chacun des intervenants et participants, merci aux bénévoles, pour ce festival intense. Rendez-vous à la prochaine édition !

Evelyne Mester, partenaire blogueuse et photographe du Festival 2017.
Retrouvez-mon blog sur www.perles-pacifiques.fr


ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Nom (obligatoire)

Prénom (obligatoire)

Email (obligatoire)

Code postal (obligatoire)

One Trackback

  1. […] Retour sur le festival pour l’école de la vie… […]

Write a comment:

You must be logged in to post a comment.