Suivez-nous:                        
Open/Close Menu DU 21 AU 23 SEPTEMBRE 2018 AU CHÂTEAU DE FLAUGERGUES À MONTPELLIER




S’il y a bien une chose dont ont besoin tous les nouveaux-nés, c’est de la tendresse ! Or, selon les situations d’accouchements, les parents ne peuvent pas toujours être présents 24h/24 auprès de leur nourrisson, à leur grand désarroi… Alors, envie de câliner un bébé ?

C’est l’association Main dans la Main qui est à l’origine de cette belle initiative. Déjà largement répandu dans les hôpitaux américains, ce phénomène de “ câlineurs de bébés “ est en train de se répandre en France, et on compte déjà plus de 600 bénévoles en région parisienne.

L’importance des câlins

Venir au monde est une aventure bouleversante, on quitte le cadre sécurisant du ventre de maman, et on a plus que jamais besoin de réconfort. Or, pour diverses raisons, certains bébés peuvent rester hospitalisés plusieurs jours voir semaines après leur naissance, et tous les parents ne peuvent pas rester 24 heures sur 24 auprès de leur nourrisson. Parce qu’ils ont d’autres enfants à la maison, parce qu’ils doivent continuer de travailler ou simplement faire des courses et assurer toutes ces petites obligations du quotidien. Il en est de même pour les membres du personnel médical, qui doivent assurer un rythme fou chaque jour, et ne peuvent guère faire plus qu’assurer les soins…

Ces situations créent donc de véritables déchirements tant pour les parents que pour les bébés, ainsi qu’une véritable source d’angoisse. D’ailleurs, laisser pleurer un bébé n’est pas forcément une bonne chose. Plus un bébé pleure et plus il stresse, et ce n’est évidemment pas aidant dans un processus de guérison. C’est pourquoi câliner son bébé ne signifie pas “ céder “ mais bien lui venir en aide.

C’est pour cela que les bénévoles câlineurs sont d’une aide précieuse, et deviennent de vrais membres de l’équipe médicale, comme l’explique Véronique Abadi, responsable du service de pédiatrie générale à l’Hôpital Necker :

“ Le nourrisson passe d’une situation d’inconfort à une situation de confort et c’est un problème purement physique. Il passe de “Je suis seul, il fait froid, personne me touche” à “ on me cajole, il y a du mouvement, il y a de l’odeur, il y a une voix, il y a un rythme. Tous ces éléments qui sont extrêmement physiques et sensoriels vont aboutir à une sédation de la douleur, à un réconfort. Pour nous, c’est un apport important parce que, du coup, ce sont des enfants calmes, des enfants plus faciles à apprécier sur le plan médical, des enfants qui vont mieux. Vraiment les bénévoles sont membres de l’équipe. “

C’est même prouvé scientifiquement !

En effet, les récentes découvertes en neurosciences démontrent que le câlin améliore notre bien-être par la libération de l’hormone du bonheur : l’ocytocine, et entraîne une chute du taux de cortisol, l’hormone du stress. Cela a un impact direct sur la santé. La pression artérielle baisse, nous nous sentons mieux, apaisés. Et ceci est valable à tout âge !

Mieux, les câlins et autres contacts affectueux développeraient le cerveau des enfants et feraient notamment maturer le cortex préfrontal, zone essentielle du cerveau. Catherine Gueguen, dans son livre Vivre heureux avec son enfant, nous explique cela avec plus de précisions. Selon elle, le “câlinage” :

  • Modifie l’expression d’un gène qui renforce l’aptitude à faire face au stress et densifie les connexions de l’hippocampe. (action sur l’apprentissage, la mémoire)
  • Favorise la maturation des lobes frontaux et des circuits cérébraux, ce qui agit positivement sur les facultés intellectuelles et affectives.
  • Augmente la sécrétion du BDNF, la protéine vitale pour le développement du cerveau.
  • Sécrète l’ocytocine, l’hormone du bonheur, et ainsi favorise l’empathie, l’amour, l’amitié, la coopération…
  • Active le parasympathique, qui régule les émotions, apaise, et augmente la faculté de penser et de se concentrer.

La psychothérapeute Virginia Satir affirme que :

“ Nous avons besoin de 4 câlins par jour pour survivre. Nous avons besoin de 8 câlins par jour pour fonctionner. Nous avons besoin de 12 étreintes par jour pour grandir. “ 🙂

Vous aussi devenez un bénévole câlineur !

Si vous souhaitez plus de renseignements sur l’association Main dans la Main, ou si vous souhaitez participer à ces actions pleines de sens, d’amour et de tendresse, vous pouvez vous rendre sur le site de l’association ou sur sa page Facebook. Vous pouvez également vous rapprocher des Blouses Roses, qui mettent chaque jour de fabuleuses actions en place au sein des hôpitaux.

Source : https://positivr.fr

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Nom (obligatoire)

Prénom (obligatoire)

Email (obligatoire)

Code postal (obligatoire)

Write a comment:

You must be logged in to post a comment.