Suivez-nous:                        
Open/Close Menu DU 21 AU 23 SEPTEMBRE 2018 AU CHÂTEAU DE FLAUGERGUES À MONTPELLIER




Ennui à l’école, peu de vrais amis, patience limitée… Selon diverses études sur l’évolution des générations, les enfants d’aujourd’hui sont de plus en plus limités émotionnellement. Leur fonctionnement social, émotionnel et scolaire est en baisse, pendant que leurs troubles divers d’apprentissage sont en hausse. Quels facteurs, et quelles solutions ?

Le constat se fait de plus en plus ressentir : la génération est à la frustration ! Selon diverses études en sociologie générationnelle, de nombreux facteurs sociétaux et dans notre style de vie y contribuent. Comme nous le savons grâce aux neurosciences, le cerveau fait preuve d’une neuroplasticité impressionnante ( il s’adapte sans cesse en fonction des expériences qu’il rencontre ) et notamment celui des enfants, qui serait doté de 10 fois plus de connexions qu’internet, autrement dit d’1 million de milliards de connexions synaptiques ! Ainsi, c’est grâce à l’environnement que nous offrons à nos enfants que nous parents, pouvons rendre leur cerveau plus fort ou plus faible. Voici les principales causes de ce constat :

Je veux tout ici et maintenant !

Même si c’est inconscient, nous habituons nos enfants à obtenir ce qu’il veulent immédiatement. Dans une société qui n’a “ pas le temps “, nous pensons bien faire en leur évitant toute forme d’attente. Or, la possibilité de retarder la gratification est l’un des facteurs essentiels pour le succès futur de nos enfants. En effet, nous avons les meilleures intentions pour rendre nos enfants heureux, mais malheureusement, nous les rendons heureux sur le moment mais malheureux à long terme. Être capable de retarder la gratification signifie être capable de faire face à une situation de stress. Nos enfants sont de moins en moins équipés pour faire face à des facteurs de stress mineurs, qui finissent par devenir d’énormes obstacles à leur réussite dans la vie. C’est ainsi que cette incapacité de retarder la gratification est souvent observée dans les salles de classe, les centres commerciaux, les relations humaines… Question d’habitude !

Le côté noir de la technologie

Les écrans en tous genres donnent l’illusion d’être une source d’occupation rapide, facile et efficace ! Tout ce que vous dicte la société de consommation d’aujourd’hui. Sauf qu’appliqué aux enfants, ce slogan est en réalité très néfaste. Car contre quelques heures de “ tranquillité “ chaque jour, nous obtenons en retour un impact sur leur système nerveux, leur attention, leur vie sociale ou encore leur capacité de gratification différée. En effet, à côté de la réalité virtuelle, la vie quotidienne semble ennuyeuse. Lorsque les enfants viennent en classe, ils sont exposés à des voix humaines et à une stimulation visuelle adéquate, au lieu d’être bombardés par les explosions graphiques et les effets spéciaux qu’ils ont l’habitude de voir sur les écrans. N’oublions jamais que la disponibilité émotionnelle des parents est le principal ingrédient du développement du cerveau d’un enfant.

Tout sauf l’ennui

La société, et nous-même parents, avons créé un monde amusant artificiel pour nos enfants. Il n’y a aucun moment ennuyeux. Au moment où l’environnement devient calme, nous nous empressons de les divertir à nouveau, parce que sinon, nous sentons que nous ne faisons pas notre devoir parental. Or, l’ennui est un formidable stimulateur de créativité ! En agissant ainsi, nous oublions de faire travailler ce muscle qu’est le travail monotone de base qui entraîne le cerveau à fonctionner et à travailler sous «l’ennui», qui est le même «muscle» qui sera entraîné à l’école. C’est pour cela que quand ils arrivent à l’école et qu’ils doivent écrire, les enfants n’en ont plus la patience. De la même manière, ils aident de moins en moins leurs parents dans les tâches ménagères, même lorsqu’il s’agit de ranger leur chambre. Il est important que nous arrêtions de croire que les priver d’ennui leur rend service…

Plus d’interactions virtuelles que sociales

Dans le monde actuel, nous sommes de plus en plus “ overbookés “, donc nous donnons des gadgets numériques à nos enfants pour qu’ils soient eux aussi “ occupés “. En faisant cela, nous les privons d’interactions sociales réelles. Dans un temps qui paraît bien loin aujourd’hui, les enfants avaient l’habitude de jouer dehors, où, dans des environnements naturels non structurés, ils apprenaient et pratiquaient leurs compétences sociales.  Malheureusement, la technologie a remplacé le temps en plein air. En outre, la technologie a rendu les parents moins disponibles pour interagir socialement avec leurs enfants. De toute évidence, nos enfants prennent du retard sur cette composante pourtant si importante de la vie, pour ne pas dire La plus importante…

La frustration fait partie de la vie

A vouloir trop bien faire pour rendre nos enfants heureux, à vouloir absolument éviter à nos enfants toutes formes d’attente, d’ennui, de frustration, de souffrance… Nous produisons l’effet inverse. Nous leur enlevons les clefs dont ils auront besoin pour faire face à la vie d’adulte. Car oui, l’attente, l’ennui, la frustration, la souffrance…font parties de la vie ! Vous la vivez d’ailleurs vous même en tant qu’adulte, alors pourquoi vouloir cacher cela à votre enfant ? Parce que c’est justement trop douloureux pour vous ? Réfléchissez différemment et demandez-vous comment vous auriez vécu vos différentes épreuves si  l’on vous avez paré dès l’enfance et préparé à tout cela… Nous ne pouvons donc pas sans cesse écouter les enfants quand ils n’aiment pas les légumes, quand ils n’aiment pas se coucher tôt, quand ils n’aiment pas ranger leur chambre… C’est vous l’adulte qui avez le recul nécessaire pour prendre les bonnes décisions pour lui. En les protégeant sans cesse, nous leur envoyons le mauvais message qui est qu’ils peuvent choisir tout le temps ce qu’ils veulent faire, effaçons le concept de “ devoir “. Or, pour atteindre nos objectifs dans nos vies, nous devons faire ce qui est nécessaire, ce qui n’est pas toujours ce que nous voulons faire. Nos enfants savent très bien ce qu’ils veulent, mais ils ont du mal à faire ce qui est nécessaire pour atteindre leur objectif.

 

  • Des solutions pour entraîner leur cerveau

Des limites : N’ayez plus peur de fixer des limites, les enfants en ont clairement besoin pour grandir heureux, et devenir un adulte serein. Fixez une heure pour les repas, les heures de sommeil, le temps passé avec la technologie… Donnez-leur des fondations stables. C’est peut-être la partie la plus difficile du travail de parent, mais il est nécessaire que vous pensiez à ce qui est Bon pour eux, et non à ce qu’ils veulent ou ne veulent pas. Ils vous remercieront plus tard, soyez patients 🙂

Des compétences sociales : La plus longue étude sur le bonheur jamais réalisée ( c’est l’université d’Harvard qui est à l’origine de cette étude, menée sur 724 individus pendant 75 ans ) révèle que le véritable secret du bonheur serait directement lié avec la qualité de nos relations humaines. Ainsi, ces compétences devraient être mises au premier plan dans l’éducation. Apprenez à vos enfants à prendre la parole, à partager, à perdre et à gagner, à aimer, à rire, à faire des compromis, à féliciter les autres, à être reconnaissant… pour leur plus grand bonheur !

De la gratification différée :
Faites-les attendre ! Comme analysé plus haut, c’est l’un des facteurs essentiels pour le succès futur de nos enfants, et de leur bonheur durable et non immédiat. L’ennui c’est le premier pas vers la créativité. Ainsi, augmentez progressivement le temps d’attente entre “ Je veux “ et “Je reçois “. Pour cela, évitez par exemple l’utilisation de la technologie dans les voitures et les restaurants et apprenez-leur plutôt à attendre tout en parlant et en jouant à des jeux. Enseignez-leur que la frustration et l’attente font parties de la vie, sinon les réussites n’auraient pas la même saveur !

Des émotions réelles :

A force d’expériences virtuelles, les enfants d’aujourd’hui connaissent de moins en moins les émotions réelles. Or, c’est elles qui font toute la beauté de la vie. Ainsi, limitez la technologie et reconnectez-vous avec eux émotionnellement. Surprenez-les avec des fleurs, partagez un sourire, chatouillez-les, organisez un pique-nique surprise, chantez, jouez, dansez ensemble, faites des batailles d’oreillers… Tous ces temps de qualité en famille sont largement plus précieux pour leur épanouissement que des écrans… Ramenez-les dans la réalité, et montrez-leur qu’elle est belle !

Des habitudes de travail :

En apprenant à son enfant à faire un travail monotone dès ses premières années, vous lui offrez les fondements de sa future “ capacité de travail “. En arrêtant de faire à sa place, vous favorisez son autonomie. Ainsi, apprenez-lui à plier le linge, à ranger ses jouets, à mettre la table, à jardiner, à cuisiner… En transformant ces tâches du quotidien en quelque chose de créatif, vous aidez son cerveau à les associer à des choses positives et stimulantes. De plus, en lui donnant des responsabilités, vous lui démontrez votre confiance en lui, il sent qu’il a de la valeur, et c’est un formidable cadeau que vous pouvez lui faire…

Source : deeprootsathome.com

Merci à www.sain-et-naturel.com pour la traduction !

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Nom (obligatoire)

Prénom (obligatoire)

Email (obligatoire)

Code postal (obligatoire)

Write a comment:

You must be logged in to post a comment.